Faune de la Sorgue

Publié le par agnèsD

Il y a deux jours, nous avons eu la joie d'accueillir un tonton Bruno et une tantinette Nitcha en vadrouille dans le Sud. Cela nous a donné l'occasion d'aller balader sur les bords de la Sorgue, ce qu'on ne fait pas régulièrement, à tort, en été, en raison des fortes chaleurs (mais si ! vous savez... les chaleurs ! pas la pluie, hi, hi !).

Bref, longeant cette onde
Cal04-41Couleuvre-viperine.jpgpure et fraîche, nous aperçumes bientôt un magnifique exemplaire de couleuvre vipérine orangée, que l'on sait trainer dans ces cours, mais qu'on espère toujours de ne pas croiser quand on se baigne... on essaye toujours de se rassurer en se disant que c'est des histoires... et bien non ! Nous en avons maintenant la preuve ! Il faut d'ailleurs signaler que cette petite bête d'une quarantaine de cm à vue de nez, semblait sympathique vue du bord et nous laissa tout le loisir de la suivre un moment... ondulant gracieusement au milieu des poissons !

fin-A-023.jpg
"La vipérine se léchant les babines devant un tout petit poisson
et dont la mère au-dessus lui dit ne pas toucher à sa progéniture"

vu par Félix

(tout cela en l'espace de 10 minutes et en langage aquatique, bien sûr !)

Un serpent, des poissons... et quoi encore me direz-vous ?

trt-savante.jpgFigurez-vous que le réseau des Sorgues, bien qu'étant un cours d'eau de plaine, est classé en 1ère catégorie piscicole (dominance des salmonidés tels que la truite ou l'ombre) sur les 3/4 de son linéaire. Cette configuration est UNIQUE en région méditerranéenne ! Elle est liée aux caractéristiques très particulières de la Sorgue : eau plutôt fraîche toute l'année, bien oxygénée et de bonne qualité ... Si vous en doutez, demandez à Maëlle son avis, elle qui l'a testée en hiver (merci tonton Marc !).


Ombre commun

 

De plus, sur la partie médiane du réseau, les poissons en présence forment un mélange totalement atypique : on peut y voir à la fois des carpes et des truites ou des brochets !

Cette richesse a fait vivre pendant des siècles une communauté importante de pêcheurs professionnels jusqu'au début du XXe siècle. Encore aujourd'hui, ces particularités, combinée aux qualités paysagères des bords de Sorgue, lui confèrent une renommée nationale - voire internationale - auprès des amateurs de pêche.

On peut donc y voir principalement (en gras, ce sont les espèces protégées) :

La truite fario (Salmo trutta fario)
Présence d'une souche méditerranéenne autochtone.

 

Le Blageon (Leuciscus sorfia)

L’Ombre commun (Thymallus thymallus)
La Sorgue est le seul cours d'eau du Sud de la France peuplé d'une population autochtone (naturelle) de cette espèce.

Le Goujon (Gobio gobio)

Le Vairon (Phoxinus phoxinus)

Le Chevesne (Leuciscus cephalus)

Le Barbeau (Barbus barbus)

La Loche franche (Nemacheilus barbatulus)

Le Spirlin (Alburnoides bipunctatus)


... et même (en gras, toujours les espèces protégées, des fois que vous viendriez pêcher par chez moi !) :

L'Anguille (Anguilla anguilla)

L’Epinoche (Gasterostoma aculeatus)

Le Hotu (Chondrostoma nasus)

Le Chabot (Cottus gobio)

Le Toxostome (Chondrostoma toxostoma)

La Lamproie de Planer (Lampetra aculeatus)



C'est-y qu'ça vous en bouche un coin, pas vrai ?

Publié dans Par chez nous...

Commenter cet article

cecilou 30/08/2007 13:59

Il manque la Maëlle dans les espèces rares et protégées ?

maëlle 30/08/2007 21:26

Ma photo ne peut pas être publiée pour protéger la sécurité de mon espèce rarissime !