En finlande...

Publié le par agnèsD

Ils plantent des rameaux dans des vases et attendent... que ça soit fleuri pour Noël ! Si, si ! Comment ? Je sais pas trop...

Par chez nous, c'est du blé que l'on plante à la Sainte Barbe. Pourquoi ? Je vais vous le dire mais savez-vous déjà qui était Sainte-Barbe ?


Sainte-Barbe vécut au 4ème siècle. Sa conversion à la foi chrétienne irrita son père, qui l'enferma dans une tour et la décapita de sa propre main. A cet instant, la foudre tomba sur lui en signe de vengeance céleste.
Depuis, on attribue à la Sainte le pouvoir de protéger de la mort violente, ce qui explique qu'elle soit devenue la patronne des métiers dangereux. 


Curieusement, la célébration de sa fête est associée à des rites de fécondité, d'où l'origine de la locution proverbiale : « Blé de la Sainte-Barbe bien germé est symbole de prospérité pour la prochaine année » : 



Voilà pourquoi on plante du blé en Provence. Cette tradition remonte à l'époque de l'antiquité grecque et romaine et représente les prémices de la moisson sous forme de blé en herbe. La légende dit que si la germination se fait bien et si le blé est bien vert, la prochaine moisson sera abondante. Avec le temps, cette tradition a évolué.
Le blé ainsi germé est devenu un élément de décoration. Afin d'obtenir une hauteur satisfaisante pour le soir du réveillon de Noël, les anciens nous ont fait connaître leur « secret » qui consiste à semer les grains de blé 20 jours avant Noël, soit le jour de la Sainte-Barbe le 4 décembre, dans des assiettes, coupelles ou autres objets sur un lit de coton humectée et humidifiée régulièrement.





Au moment du réveillon de Noël, les coupelles de blé couronnées par un ruban rouge, prenaient place à chaque extrêmité de la table et autour de la crèche. Les années passent et la tradition se transmet à travers les générations. Chez nous, c'est aussi l'occasion de faire une bonne action...

Publié dans Par chez nous...

Commenter cet article